Le patron s’appelle André Ward

Combat important le 10 septembre dernier avec la victoire de l’américain André Ward, champion WBC-WBA des super-moyens, contre son compatriote Chad Dawson, qui était descendu des mi-lourds pour le défier.

Pour un certain nombre d’amateurs dont je fais partie, cette victoire vient solidement positionner Ward en haut du classement des meilleurs boxeurs actuels, toutes catégories confondues. Si l’on considère son palmarès sur les deux dernières années, l’homme en a fait plus que Mayweather, les Klitschkos, Marquez, Bradley ou Pacquiao. Champion olympique en 2004 (un titre de plus en plus rare chez les amateurs américains), Ward est invaincu en 26 combats professionnels après un bilan amateur de 114 victoires pour 5 défaites seulement. Il a très largement dominé le tournoi d’unification des titres super-moyens organisé par la WBA et la WBC en 2010 et 2011, battant aux points mais sans discussion les références Kessler, Bika, Abraham, et dernièrement l’anglais Carl Froch.

Pourquoi parle-t-on aussi peu du bonhomme ? D’abord, parce que dans une boxe anglaise aux audiences dopées au trash talking, André Ward est un vrai calme, un austère jamais avare d’une allusion à sa foi chrétienne. Ensuite, parce qu’il n’a pas un style à faire se lever les foules. Ward est un boxeur prudent, sans énorme punch, et qui construit patiemment ses victoires. Pas exactement les ingrédients pour faire exploser les ventes au pay-per-view. Techniquement, il est ce qui se fait de mieux en dehors de Floyd Mayweather, un jab excellent, un jeu de jambes précis en attaque comme en défense, capable d’alterner boxe en droitier et en gaucher, et de boxer à distance comme à l’intérieur… comme de s’accrocher rapidement et souvent pour éviter les déconvenues. Ward n’est pas un bagarreur, mais un boxeur très doué qui fait ce qu’il faut pour gagner ses combats.

Il ne sera donc probablement jamais une bête de scène, mais sa victoire sur Dawson peut définitivement le faire basculer parmi les boxeurs à forte notoriété. Auteur de 3 knock-downs, et malgré un déficit d’allonge et de taille, il a complètement écoeuré un Dawson incapable de le toucher efficacement, et soumis à l’exploitation méthodique de ses points faibles : mauvaise défense du jab du gauche, de l’uppercut droit, et des séries rapides à mi-distance. Jamais réputé comme guerrier des rings, Dawson a fini par abandonner au 10e round. Il était reconnu comme le meilleur mi-lourds du moment après sa victoire sur un Bernard Hopkins fossilisé.

Ward est un gaucher qui boxe en droitier. Contre Dawson, qui est exactement l’inverse, pour passer son jab – puissant, de fait, mais neutralisable dans des échanges droitier/gaucher – il a constamment mis sa jambe d’appui avant à l’intérieur de celle de Dawson. Pas spécialement recommandé quand on n’a pas la vitesse et la technique du bonhomme pour éviter le contre du bras arrière. Le résultat est qu’il était fréquemment déséquilibré après un jab ou un doublé et qu’il finissait par s’accrocher… il le faisait sans doute aussi pour éviter la gauche.

En tout cas, ce qu’a fait André Ward est très fort, et devrait lui ouvrir la possibilité d’une revanche à 175 livres pour s’emparer cette fois de la ceinture mi-lourds de son adversaire malheureux. La seule mauvaise nouvelle est qu’il a largement nettoyé les super-moyens, et que les boxeurs de grand talent sont assez rares en mi-lourds. En super-moyens, une revanche contre Carl Froch ou un combat contre l’invaincu Sud-africain Oosthuizen, voire le roumain Lucian Bute (dont la cote a baissé depuis sa spectaculaire défaite contre Froch, et qui vient de boxer en mi-lourds) sont des options, comme le serait une hypothétique montée en poids du puncheur kazakh Genady Golovkin. Mais les noms les plus susceptibles de lui garantir un très gros chèque sont ceux de boxeurs plus jeunes, et figurant encore dans des catégories inférieures pour quelques années (Chavez Junior, Saul Alvarez). Bref, le règne d’André Ward semble bien parti pour durer sans qu’un vrai super combat ne le propulse au rang de star. En attendant, sa prochaine sortie est annoncée pour le 23 janvier prochain.

Voici quelques images du meilleur boxeur de ces deux dernières années :

Un highlight de sa carrière :

Et des extraits du combat contre Dawson :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>