Brelan d’as

Si l’on pense avant tout (et à raison) aux gloires des welters et des moyens à l’heure d’évoquer l’âge d’or des années 80, on oublie facilement que les catégories inférieures, des coqs aux légers, foisonnèrent de champions d’un calibre quasi équivalent. Faites d’abord connaissance avec le portoricain Wilfredo Gomez, poétiquement surnommé « Bazooka ».

De fait, sa caractéristique la plus remarquable était un certain punch. 48 combats, 44 victoires dont 42 par KO, aussi facilement main gauche que main droite. Ce petit homme a enchaîné 32 succès avant la limite, ce qui est assez incroyable dans de si petites catégories et en fait un sérieux candidat au titre de plus grand puncheur portoricain de l’histoire, aux côtés de Tito Trinidad et Edwin Rosario… Excusez du peu. A noter aussi chez Gomez, un style de caterpillar, toujours prêt à prendre un coup pour pouvoir en distribuer deux, et une très grosse pression imposée à l’adversaire. Bref, pas tellement d’élégance, mais beaucoup de spectacle.

Voilà un bon morceau de highlight. Les images TV sont de qualité moyenne, mais donnent quand même une impression assez nette de la puissance de feu du bonhomme, qui lui permit de dominer entre autres les têtes d’affiche Nicky Perez, Lupe Pintor (14 rounds de muerte), Juan Laporte et Rocky Lockridge. C’est ici :

Le combat ayant opposé en 1978 Wilfredo Gomez au mexicain Carlos Zarate pour le titre WBC en super-coqs, et remporté par Gomez par KO au 5e round, est sans doute l’une des oppositions de puncheurs les plus incroyables de l’histoire. Zarate boucla sa carrière avec 63 KOs sur 66 victoires…

La question est : qui interrompit la série de 32 KOs de Wilfredo Gomez ? Une autre vraie légende de ce sport, un homme qui aurait peut-être pu devenir l’un des meilleurs de tous les temps, le mexicain Salvador Sanchez. Nommé « La bataille des petits géants », son face-à-face avec Gomez fut un combat de bruit et de fureur, un jalon important entre tous dans la rivalité pugilistique entre le Mexique et Puerto Rico, où l’incroyable volonté du favori Wilfredo Gomez se heurta à la sage décision de l’arbitre d’arrêter les frais alors qu’il était manifestement disposé à mourir sur le ring.

Son vainqueur Salvador Sanchez est mort dans un accident de voiture à 23 ans, déjà détenteur d’un palmarès de 44 victoires, 1 défaite (à 18 ans, aux points contre un boxeur expérimenté) et 1 nul en 46 combats. Un boxeur longiligne, pas dénué de punch non plus (32 KOs quand même, dont l’infortuné Wilfredo Gomez), contreur de très grande classe et capable de marcher sur ses adversaires à l’occasion. Sa dernière victime dans une liste très dense les prétendants au titre mondial des plumes WBC (Danny Lopez x 2, Ruben Castillo, Juan Laporte, Roberto Castanon, Nicky Perez), fut le jeune et excellent Azumah Nelson, futur grand nom lui aussi, à l’issue d’un magnifique combat.

Si Sanchez avait vécu, il avait absolument tout pour régner 10 ans de plus. Tout. Le James Dean, le Drazen Petrovic de la boxe. Non, pas le Sacha Distel.

Voilà un bon highlight :

Le ghanéen Azumah Nelson, dans un style d’araignée assez caractéristique, combinant élégance et efficacité, est l’un des meilleurs boxeurs africains de l’histoire. Celui qui fut surnommé « Le Professeur » a beaucoup donné pour son argent à Salvador Sanchez dans ce qui s’avéra être son dernier combat, alors qu’il était remplaçant et n’avait que 13 sorties en pro derrière lui (KO au 15e). Il s’est ensuite colleté d’excellents américains et mexicains en plumes et super-plumes (Juan Laporte, Rafael Ruelas, Jesse James Leijia), et a disputé une série contre l’australien Jeff Fenech qui a marqué les esprits. J’aime beaucoup, beaucoup ce boxeur. Il finit à 39 victoires pour 5 défaites.

Son highlight :

Pour boucler la boucle, précisons que Nelson affronta Wilfredo Gomez en 1984, le dépouillant de sa ceinture WBC des plumes par KO au 11e round d’un combat serré. Sur le papier, le brelan d’as des 3 Hall of Famers Gomez/Sanchez/Nelson fait tout sauf pâle figure face aux géants Duran/Leonard/Hagler/Hearns…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− trois = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>